le trimestriel économique du Var

Couverture numéro 25 Var Eco News
N°25 Mai 2018

Dossier

Janvier 2018 - N°24
  • Agrandir
  • Diminuer

Prolexia, à la pointe de la réalité virtuelle

Voilà plus de 20 ans que Stéphane Nicolas a lancé l’aventure Prolexia. Ancien salarié d’une entreprise informatique, il décide de voler de ses propres ailes en créant sa propre société. Avec une idée simple et astucieuse : plutôt que de créer un logiciel complet à chaque nouveau projet, pourquoi ne
pas mettre au point un logiciel qui pourrait servir de socle à des applications dans des domaines qui ont beaucoup de points communs entre eux, comme la réalité virtuelle, la robotique ou la conception 3D. Aujourd’hui, Prolexia emploie une dizaine de salariés et oeuvre dans plusieurs familles de métiers. La robotique est l’une de ses activités principales avec la conception de robots terrestres, aériens ou sous-marins, et un spectre d’intervention très large qui couvre les missions liées à la Défense, la surveillance de l’environnement la maintenance d’installations en haute mer ou encore l’archéologie. En
résumé, Prolexia permet à la technologie de travailler là où l’homme ne peut pas accéder, ou bien là où les risques seraient trop élevés. Un autre des grands secteurs d’activité de l’entreprise : la conception de simulateurs et d’outils liés à la réalité augmentée. En mettant au point des simulateurs de pilotage pour des machines complexes, des robots ou même des frégates militaires, Prolexia a développé un riche réseau de clients du secteur de la Défense, au premier rang desquels le poids lourd mondial Naval Group ou la Direction générale de l’armement (DGA) avec laquelle elle travaille en direct. Ainsi que des grands comptes comme Ifremer ou le Commissariat à l’énergie atomique (CEA). « Nous travaillons également avec de grandes entreprises privées : nous avons ainsi conçu pour Bouygues un simulateur de pilotage pour former les opérateurs des tunneliers ».

Recherche et diversification

Prolexia est également engagée sur le projet Sycié (un système de gestion multi-drones dans le domaine maritime), labellisé par le pôle Mer et financé par le fonds unique interministériel (FUI). Ce projet qui est mené avec la société Semantic, l’Université de Toulon et l’Ifremer, permettra de programmer
et de piloter de missions assurées conjointement par des robots terrestres, marins, sous-marins et aériens. L’importance accordée à la partie R&D (recherche et développement) fait partie de l’ADN de Prolexia. Ce qui l’amène à tester de nouvelles pistes de croissance, par exemple dans le secteur du tourisme avec la création d'applications de visite en réalité augmentée pour valoriser un patrimoine culturel ou une collection muséale. Ainsi, les ingénieurs de l’entreprise ont conçu dernièrement une visite virtuelle et en réalité augmentée des anciens chantiers navals de La Seyne. « C’est un projet que nous avons principalement développé sur fonds propres, explique Stéphane Nicolas, et la mairie de La Seyne a abondé par la suite, en nous demandant d’autres séquences. L’idée c’était de montrer notre savoir-faire technique et de disposer ainsi d’une vitrine qui nous permettrait d’aller démarcher d’autres lieux de mémoire».

Site internet de Prolexia. 

#CCI à l'appui

Prolexia a participé récemment à une opération menée conjointement par la CCI et la DGA (Direction générale de l’armement), afin d’accompagner les entreprises travaillant dans le secteur de la Défense et de l’armement à diversifier leurs activités. Ceci afin d’être moins dépendant des grands donneurs d’ordre et de se développer sur une palette de marchés plus large. « Par ailleurs, la CCI nous a assistés pour mettre en place un dossier de recrutement via le dispositif régional ARDAN », explique Stéphane Nicolas.

retour a la liste