le trimestriel économique du Var

La couverture du numéro 26 de Var Eco News
N°26 Octobre 2018

Dossier

Mai 2018 - N°25
  • Agrandir
  • Diminuer

Le Circuit Paul Ricard veut profiter de l'effet Formule 1

"Nous avions l'habitude de recevoir les acteurs de la Formule 1, comme Pirelli qui fait tous ses tests ici. Mais nous n'étions plus habitués à recevoir un Grand Prix de Formule 1". À quelques semaines des premiers tours de roue, Stéphane Clair, directeur du circuit Paul Ricard, confirme que tout est fin prêt. Mais il a fallu mettre les bouchées doubles. Concernant la préparation de la piste, le resurfaçage incontournable a nécessité la pose de pas moins de 90 000 m2 d'enrobé. De nouveaux vibreurs ont également été installés, les abords de la piste ont été repensés, et la globalité de ce chantier représente une enveloppe d'environ 2 millions d'euros. Une autre phase de cette préparation a concerné les réseaux divers : fibre optique, boucles magnétiques dans le sol, nodes, etc. L'accueil des spectateurs était bien sûr au coeur des préoccupations du circuit : "Nos tribunes sont équipées de 6 000 places permanentes, et nous allons en créer près de 51 000 supplémentaires. Pour offrir des conditions de travail haut de gamme aux médias internationaux, nous avons une salle de presse de 1 000 m2 avec 500 postes de travail, et une connexion via la fibre optique la plus performante possible".
Car le circuit Paul Ricard a été fermé au public pendant une dizaine d'années, et réservé à des séances d'essais privés ou des tests de matériel pour les écuries de compétition. Le changement de positionnement décidé en 2009 a permis de donner à la piste varoise une nouvelle visibilité… et de nouvelles ambitions. "À mon arrivée en 2011, nous nous étions fixé deux objectifs principaux : faire revenir les deux compétitions majeures en auto et en moto, c'est-à-dire la Formule 1 et le Bol d'Or". Mission réussie. "Le retour du Bol d'Or en 2015 a été un entraînement parfait pour les équipes du circuit". Et a permis de roder les automatismes et d'identifier les points à améliorer.

La Formule 1, un levier de croissance pour le circuit

Pour l'image du circuit, le retour de la Formule 1 est enfin un formidable coup de projecteur… et une opportunité accrue d'actionner de nouveaux leviers de croissance. "L'idée c'est de profiter de cette image en se diversifiant et en créant de nouveaux produits. Pas seulement sur la piste, mais ce qui va pouvoir se dérouler autour : un outil de séminaires pour les entreprises, avec par exemple des activités de loisirs un peu extrêmes, qu'on ne peut pas faire ailleurs. Et en profiter également pour développer des synergies au sein de Destination Castellet, qui regroupe l'aéroport, le Grand Prix Hôtel, et l'hôtel 5 étoiles avec son restaurant, dont le chef vient d'obtenir une troisième étoile Michelin". Des synergies qui vont contribuer à asseoir la pole position du circuit Paul Ricard : "On doit devenir un pôle majeur des sports mécaniques en France, voire le leader européen, assure Stéphane Clair. C'est une ambition
qu'on s'est donnée, j'espère qu'on pourra l'atteindre avant la fin de ces cinq années de Formule 1
".

Une si longue absence
Inauguré en octobre 1970, le circuit Paul Ricard a accueilli le Grand Prix de France de Formule 1 dès l'année suivante - et le Bol d'Or moto à partir de 1978. Quelques-uns des plus grands pilotes de l'histoire ont été couronnés sur l'asphalte varois, de Jackie Stewart à Niki Lauda en passant par Nigel
Mansell et bien sûr Alain Prost, quatre fois vainqueur dont trois fois consécutivement de 1988 à 1990. C'est d'ailleurs "le Professeur" qui a soulevé la coupe du vainqueur pour la dernière fois, le Grand Prix déménageant à Magny-Cours en 1991.

 

retour a la liste