le trimestriel économique du Var

Couverture du VEN n°27
N°27 Mars 2019

Vie des entreprises

Octobre 2017 - N°23
  • Agrandir
  • Diminuer

La renaissance du Domaine du Dragon

Avant de devenir propriétaire du Domaine du Dragon, Mir Nezam a déjà eu plusieurs vies. Ses origines trouvent leurs sources en Afghanistan. Il a été diplomate, P-dg France et vice-président Europe des laboratoires Allergan ; il a créé l’ONG Share engagée dans l’amélioration de l’éducation, de la santé et dans le développement durable.
« Après avoir parcouru le monde, j’ai choisi de donner vie à ma passion pour le vin et de me sédentariser à travers le travail de la vigne », explique Mir Nezam. En 2014, il visite une vingtaine de domaines
viticoles varois. Avec le Domaine du Dragon, c’est le coup de foudre « il offre des perspectives d’agrandissement et de progrès, il est l’un des vignobles emblématiques de la Dracénie ».

Des investissements importants

Deux ans plus tard, la mue du Dragon porte ses fruits. « Cette année, nous voyons enfin les résultats des importants travaux de rénovation et de modernisation que nous avons engagés ». Au total, près d’un million d’euros a été investi pour repenser en profondeur le domaine dans son ensemble. La gestion des vignes a été entièrement revue, le domaine s’est doté d’une station météo et s’est tourné vers une agriculture raisonnée, trois foudres pour le vieillissement des vins ont été achetés, les cuves inox ont été remplacées, une salle est sortie de terre pour accueillir des événements, un chemin pédestre traversant le domaine a été réhabilité… Le changement est total et les résultats au rendez-vous !

Une montée en gamme récompensée

2016 est l’année de tous les records : la production a atteint 1.150 hectolitres, les différents vins du Domaine ont décroché 11 médailles et trois étoiles au « Guide Hachette des Rosés », un nombre de récompenses qu’aucun autre domaine viticole de la région n’a pu égaler. Enfin, les vins du Dragon sont désormais présents aux quatre coins du monde : « Nous avons considérablement développé l’export et aujourd’hui, plus de 50 % de notre production franchit nos frontières et part aux États-Unis, au Canada, en Suisse ou en Belgique », détaille Mir Nezam. Ce dernier s’est aussi rapproché d’autres viticulteurs varois, « des profils similaires au mien, à savoir des hommes ou femmes d’affaires, qui ont racheté un domaine ». Avec quatre domaines, ils mutualisent leurs achats et se déplacent ensemble sur des salons. Avec le Château Reva à La Motte et le Château L’Arnaude à Lorgues, ils poussent l’association encore plus loin pour se donner les moyens de répondre à des demandes plus importantes à l’export.

Un ancrage local

La nouvelle notoriété du Domaine s’écrit à l’international, mais aussi localement… Partant du principe qu’il « ne fait que passer», le nouveau propriétaire souhaite en effet que les Dracénois se réapproprient les lieux. Pour cela, il a renoué les liens et ne manque pas de prescripteurs, au premier rang desquels, le Maire de Draguignan. Il travaille aussi à augmenter la fréquentation du caveau en accueillant des événements culturels et les ventes directes ont déjà bondi de 20 % en 2016.

retour a la liste