le trimestriel économique du Var

La couverture du numéro 26 de Var Eco News
N°26 Octobre 2018

Dossier

Janvier 2018 - N°24
  • Agrandir
  • Diminuer

Cartesiam, la petite pépite qui monte, affiche des ambitions mondiales

Aux commandes de l’aventure Cartesiam, Michel Rubino, ancien dirigeant de Schlecker France qui avait permis de sauver 750 emplois en rapprochant la chaîne allemande en difficulté de l’enseigne Système U. Il a co-fondé Cartesiam associé à François de Rochebouët, un ingénieur qui a déjà créé plusieurs startups, et à Joël Rubino, ancien vice-président d’IBM Europe. Leur conviction commune : celle de croire aux formidables possibilités offertes par l'Internet des objets et à ses nombreux débouchés dans l'industrie. 
Créée en 2016 à Toulon, Cartesiam s’est installée au sein de la pépinière de TVT. Les équipes de recherche et développement, initialement basées à Angers, ont rejoint le Var au cours de l’été 2017. Parmi les premières innovations de Cartesiam, le tapis connecté Smart Mat qui a été testé avec succès lors de la dernière édition du tournoi de Roland Garros. Cet équipement qui analyse les flux de déplacement en temps réel, le nombre, le sens et la vitesse de déplacement des spectateurs, a permis de délivrer des informations à valeur ajoutée à la Fédération française de tennis, afin d’améliorer l'expérience visiteurs.

La révolution des objets connectés

Le concept du Smart Sensor vise quant à lui à disrupter le marché de la maintenance prédictive dans l’industrie. La technologie d’intelligence artificielle développée par Cartesiam est embarquée dans un capteur, lequel est disposé à proximité des équipements à surveiller. En analysant en temps réel le comportement et les vibrations des machines, le Smart Sensor est en mesure de détecter d’éventuelles anomalies et de prévenir les équipes de maintenance des problèmes naissants. Ce qui permettra d’anticiper les défaillances techniques, et d’éviter ainsi un arrêt de la production. Des innovations qui ont d’ores et déjà séduit plusieurs grands comptes parmi lesquels Orange, EDF, Bouygues, l’Armée, ou encore Veolia qui a récompensé Cartesiam en 2017 du « Grand prix de l’innovation ». Ces entreprises, en France et en Allemagne, ont déjà mis en oeuvre de solutions test sur leurs sites de production.
Les investisseurs locaux et nationaux sont également sensibles aux perspectives de développement de Cartesiam, dont les dirigeants annoncent sans détour leur volonté de s’installer parmi les leaders mondiaux de la maintenance prédictive. La startup a ainsi bouclé à l’automne dernier une levée de fonds de 500 000 €. Parmi les investisseurs, uniquement des profils corporate à l’image de Marc Dupaquier, ancien grand dirigeant d’IBM, qui préside aujourd’hui l’Advisory Board de Cartesiam. L’année 2018 sera celle de l’industrialisation du processus : un accord de partenariat a d’ores et déjà été signé avec un grand groupe industriel français, pour la production et la mise sur le marché à grande échelle des smart-capteurs. Les dirigeants prévoient aussi l’ouverture d’une filiale de Cartesiam en Allemagne au printemps, et une autre aux États-Unis à l’automne. Ce développement s’accompagne d’une phase de recrutement : l’équipe qui compte actuellement six personnes sera étoffée de quatre nouveaux ingénieurs dans les semaines à venir, suivront d’autres embauches au cours de l’année.

Site internet de Cartesiam

#CCI à l'appui

La Chambre de commerce et d’industrie du Var a appuyé Cartesiam dans les premiers temps de son existence. Ainsi, un dossier de financement a été déposé auprès de la BPI, pour lequel l’entreprise a été assistée par les services de la CCI. Le service « CCI International » a également facilité un rapprochement avec la Chambre de commerce franco-allemande, et de nombreux contacts avec les entreprises du secteur via l’Agence de développement économique. Enfin, Cartesiam a bénéficié de conseils pour la rédaction des fiches de poste et la définition des fonctions dans le cadre de ses premiers recrutements.

retour a la liste