le trimestriel économique du Var

Couverture du VEN n°27
N°27 Mars 2019

CCI décodée

Septembre 2014 - N°11
  • Agrandir
  • Diminuer

5 jours pour entreprendre, une formation constructive

L’une des missions prioritaires de la Chambre de commerce et d’Industrie du Var est de contribuer à la création et à la reprise d’entreprises pour développer et dynamiser le tissu économique local et favoriser la création d’emplois. Dans le cadre de cette mission essentielle, la CCIV propose le stage
« 5 jours pour entreprendre », une formation intensive qui permet d’acquérir les fondamentaux pour créer ou reprendre une entreprise et la développer durablement. Le public visé est large : tout porteur de projet de création ou reprise d’entreprise qu’il soit salarié, demandeur d’emploi, étudiant,
retraité… 

Une formation pour réussir 

Comme son nom l’indique, elle donne au stagiaire en un temps court un éclairage pratique et complet sur la création ou la reprise d’entreprise. L’accompagnement concret et individualisé d’intervenants spécialisés offre en outre au porteur de projet la possibilité d’analyser en profondeur et de valider en direct la pertinence de son dossier, et ce à tous les niveaux : adéquation projet / environnement économique, marché, rentabilité, montage juridique... La formation permet enfin d’enrichir sa réflexion dans un contexte collectif d’échanges et de partage. Ce dernier aspect est tout particulièrement apprécié par les stagiaires qui profitent de ce lieu d’échanges privilégiés avec d’autres créateurs ou repreneurs.

Une déclinaison de modules

Le stage 5 jours pour entreprendre décline plusieurs modules afin d’aborder toutes les thématiques utiles au porteur de projet. A l’issue des cinq jours, le stagiaire doit avoir une vision d’ensemble, acquérir une méthode de travail pour aller au bout de son projet et une véritable autonomie dans son processus de création-reprise. L’objectif est d’accompagner le stagiaire dans une prise de conscience à la fois de son projet (faisabilité, viabilité, durabilité à long terme) mais aussi de ses compétences (connaissances, capacités, motivation) pour apprécier l’adéquation entre son projet et son profil. Cette phase est essentielle pour créer ou reprendre une entreprise sur le long terme, c’est-à-dire pérenne. L’étude de marché et la stratégie commerciale, abordées dès le premier jour, sont complétées par une initiation renforcée aux grands équilibres financiers de l’entreprise (2e et 4e jours de la formation) : compte de résultats, plan de financement, plan de trésorerie, etc. « L’objectif et la force du stage sont de permettre aux stagiaires de réaliser une étude de viabilité économique du projet et de construire leur business plan tant sur la partie de présentation du projet que sur la réalisation de l’étude financière pour laquelle des outils adaptés sont mis à disposition », souligne Laure Verger, consultante de l’Espace Entreprendre. L’optimisation juridique, fiscale et sociale est bien sûr au programme ! Sans oublier, une présentation des aides financières qui peuvent être mobilisées au cas par cas. Véritable tremplin pour réussir, 5 jours pour entreprendre sécurise les projets permettant aux stagiaires de s’immatriculer dans de bonnes conditions. L’intérêt de la formation réside également dans la qualité des échanges… qui ont lieu à deux niveaux. D’une part, entre les porteurs de projets et les formateurs qui font part de
leurs expériences, tout en faisant aussi profiter les stagiaires du réseau de partenaires des CCI. D’autre part, entre les créateurs et repreneurs eux-mêmes qui s’entraident pendant et surtout après leur stage, en se constituant en réseau. 

Un parcours cohérent

Attention, 5 jours pour entreprendre s’inscrit dans un parcours cohérent suivi par le créateur-repreneur et n’en constitue en aucun cas la première étape. Le stagiaire doit avoir au préalable travaillé sur son projet, seul ou (le plus souvent) avec l’Espace Entreprendre. « Cette première phase de travail est essentielle pour avoir un premier regard constructif sur son projet. En s’inscrivant à « 5 JPE », le stagiaire doit en effet avoir un projet suffisamment mûri. A défaut, le stage serait purement théorique ! », alerte Laure Verger. Et, à l’issue de la formation, le stagiaire peut continuer la construction de son projet par un accompagnement personnalisé et offert, au travers d’entretiens spécialisés avec les conseillers de l’Espace Entreprendre ou de rendez-vous professionnels avec un expert-comptable ou un avocat.

Le saviez-vous ?

Les statistiques attestent que lorsque le porteur de projet est accompagné, l’entreprise gagne en pérennité (taux de survie à 5 ans : 70 à 75 % au lieu de 50 %). La pérennité est par conséquent conditionnée par l’accompagnement ante et post création.

 

Découvrir la prestation "5 jours pour entreprendre"

 

retour a la liste