le trimestriel économique du Var

Couverture du numéro 24 de Var Eco News
N°24 Février 2018

Le mot du président

Octobre 2017 - N°23
  • Agrandir
  • Diminuer

« Hauts les coeurs! Les nouvelles sont bonnes pour nos entreprises! »

Le réseau des CCI se réjouit des premières mesures annoncées par le Premier Ministre Edouard Philippe. Oui, nous nous réjouissons de la baisse progressive du taux d'impôt sur les sociétés à 25 % d'ici 2022. Alors que la France a le taux d’impôt sur les sociétés le plus élevé de l’Union européenne, cette décision était particulièrement attendue par les chefs d'entreprise.

La confiance retrouvée

Même si nous avons été nombreux à reconnaître ses effets positifs sur l’emploi, nous ne pouvons que nous féliciter de la transformation du CICE en baisse pérenne des cotisations patronales. Selon France Stratégie, le CICE a contribué à sauver ou créer 210.000 emplois. Demain, grâce à l’immédiateté de l’allégement de charge et à un meilleur ciblage sur les bas salaires, le nouveau dispositif sera encore plus efficace pour l’emploi. Cette mesure montre que le Gouvernement prend en compte les besoins des entreprises. Elle est une des premières briques de la reconquête économique dont le pays a besoin.
De façon plus globale, le réseau des CCI se réjouit de la méthode de construction participative choisie pour élaborer un plan d'actions plus large, à la faveur de la future loi TPE-PME. La voie de la concertation est une marque de respect, elle appelle la responsabilité de tous et de chacun et notre réseau des CCI entend contribuer aux groupes de travail qui seront lancés à cette occasion.
Les premiers signaux sont positifs pour vous, pour tous les entrepreneurs que nous représentons… Toutefois, au moment où l’économie française donne des signes de rebond, les Chambres de Commerce et d’Industrie de France regrettent que les arbitrages budgétaires freinent cette dynamique.

Projet de loi de finance 2018, une menace sur la dynamique économique

En prévoyant avec le Projet de Loi de Finance 2018, une baisse brutale de 150 M€ de la ressource fiscale qui leur est affectée, le Gouvernement empêche le réseau des CCI de contribuer pleinement à la transformation de l’économie française, alors même qu’il est l’un des acteurs les plus performants pour cela. Ce premier arbitrage est un choc pour toutes les CCI qui partageaient les priorités économiques affichées par l’exécutif. Au choc s’ajoute l’incompréhension face à un Gouvernement qui avait officiellement exprimé qu’il comptait sur les CCI pour développer l’apprentissage et la formation, appuyer les entreprises dans leur digitalisation, les accompagner à l’export, revitaliser le commerce de centre-ville, et plus généralement simplifier la vie des entrepreneurs. Dans tous ces domaines, les CCI prouvent d’ailleurs leur engagement et leur efficacité.

L’économie varoise en danger ?

Le réseau des CCI est sinon le meilleur, du moins l’un des outils les plus performants pour mener la transformation de l’économie française. Grâce à son maillage territorial de proximité, conservé malgré une forte rationalisation de la carte consulaire ces 10 dernières années, le réseau est le garant d’une action publique efficace sur tous les territoires. Aujourd’hui, le réseau des CCI est fortement engagé dans les grands chantiers de l’État. Toute son action s’inscrit dans une exigence de performance. À commencer par un taux de pérennité à 3 ans des entreprises accompagnées par les CCI proche de 80 %. Il faut y ajouter un taux d’insertion dans l’emploi des apprentis et des étudiants formés par les CCI supérieur à 70 %. Il faut souligner enfin un taux de développement des actions commerciales à l’export pour les entreprises accompagnées par les CCI supérieur à 70 %. Or, une baisse de 150 millions d’euros des ressources affectées au réseau des CCI conduirait à casser cette dynamique en faveur du développement des entreprises et des territoires et aurait des effets directs sur l’emploi dans les CCI. Ce prélèvement est d’autant plus contestable que les fonds concernés iront compenser le déficit de l’État et non pas alléger les charges des entreprises. Concernant des missions aussi essentielles que l’appui aux entreprises, l’apprentissage et la formation, il paraît indispensable de privilégier une logique de résultats et donc de maintenir des ressources suffisantes aux acteurs les plus proches des entreprises sur l’ensemble des territoires, les CCI. C’est pourquoi, nous invitons nos dirigeants lecteurs et clients des services CCI à
témoigner par courrier de l’expérience positive qu’ils ont eue avec l’Institution et à faire part de leur inquiétude face à une baisse très drastique et rapide des ressources des CCI.*
Nous sommes conscients que le redressement des comptes publics est l’affaire de tous et saurons émettre des propositions alternatives.

*Trame de courrier à personnaliser téléchargeable ici

retour a la liste